Paris +33 (0)1 76 50 33 66 | Lyon +33 (0)4 69 96 69 09 | Lille +33 (0)3 62 02 08 02 | Bordeaux +33 (0)5 31 60 61 70 | contact@collock.com

 

Nous avions déjà pu explorer dans un précédent article comment les différents profils de joueurs pouvaient cohabiter en entreprise. Nous allons maintenant nous intéresser plus en détails à ce qui fait le succès d’un jeu. Et surtout comment chaque jeu permet d’embarquer le joueur selon une mécanique bien huilée. C’est le principe du parcours du joueur.

Selon Kevin Werbach, la gamification est l’“utilisation d’éléments de jeu et de techniques de création de jeu dans un contexte qui ne relève pas du jeu”. C’est lui qui s’intéresse aux différentes phases qui composent un jeu. On peut décomposer le jeu en plusieurs moments forts :

Phase 1 : L’identification pour engager le joueur

Cette première phase est essentielle et intervient dans les premiers instants du jeu. Le but pour le Game Designer est d’engager son joueur le plus rapidement possible. Pour cela, il peut faire appel à un référentiel connu ou proposer une action fondatrice qui va projeter le participant dans l’état d’esprit souhaité. L’objectif peut être multiple :

  • fédérer les joueurs autour d’un équipe :
    • ex: des noms d’équipes, des signes reconnaissables, des cris de guerre, …
  • faire comprendre au joueur l’univers dans lequel il évolue :
    • ex : une cinématique d’introduction d’un jeu vidéo
  • marquer le passage dans l’univers du jeu :
    • ex : remise d’un élément de costume

Enregistrer

 

Phase 2 : L’on-boarding

Cette seconde phase du parcours du joueur est une phase classique que l’on retrouve dans n’importe quel jeu (jeu de plateau, jeu vidéo, jeu grandeur nature). Elle consiste à expliquer l’univers et les règles du jeu au joueur. Cette phase peut être fastidieuse et les game designers tentent de la rendre plus fluide. Quelques exemples :

  • Tutoriel de démonstration
  • Niveau de jeu guidé pour expliquer les fondamentaux du jeu
  • Règles du jeu illustrées

Cette phase de jeu seule ne saurait faire adopter le jeu par le participant. La meilleure façon d’apprendre à jouer reste encore de débuter la partie.

Parcours du joueur


Phase 3 : Échafaudage

Dans le parcours du joueur, la phase d’échafaudage est le moment où le joueur va confronter ce qu’il a retenu dans l’onboarding avec la réalité. Très concrètement, c’est une phase d’expérimentation plus ou moins longue où le joueur va gagner en maîtrise sur le jeu en testant différentes tactiques et stratégies. Cette phase peut être longue si le gameplay est complexe comme pour un jeu de plateau où les mécaniques de jeu sont multiples (ex: 7 Wonders). Elle peut également être accompagnée par le game designer en proposant au joueurs des niveaux de difficultés comme dans la plupart des jeux vidéos. L’objectif est de matérialiser une progression constante du joueur, lui donnant l’impression de maîtriser toujours plus le jeu.

Enregistrer

 

Phase 4 : Maîtrise du jeu

Le Game Designer a bien fait son travail ! Et le joueur est maintenant en pleine compréhension du jeu. C’est la maîtrise ! Cette phase peut être atteinte plus ou moins rapidement selon les volontés du Game Designer. Un petit jeu de table (ex: Jungle Speed, Timeline, etc..) se maîtrise en deux parties car il basé sur des mécaniques simples et fédératrices. Certains jeux repoussent les limites de cette phase en proposant un gameplay en constante évolution qui ravira les profils de type Explorers ou de nouvelles récompenses pour les Achievers.

 

Phase finale : Addiction ou fin du jeu

Une fois parvenu à la maîtrise, deux comportements sont généralement observés. Si le jeu offre aux joueurs les motivations qu’il attend, et qu’elles continuent de le satisfaire, il tombera dans l’addiction. Si au contraire, la mécanique devient trop répétitive ou monotone, le joueur se lassera du jeu. Tout l’enjeu du Game Designer est donc de maintenir le flow de jeu pour entretenir l’intérêt du joueur en prenant en compte tous les profils de joueurs.Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer