Paris +33 (0)1 76 50 33 66 | Lyon +33 (0)4 69 96 69 09 | Lille +33 (0)3 62 02 08 02 | Bordeaux +33 (0)5 31 60 61 70 | contact@collock.com

La gamification dans le contexte professionnel est souvent assez réduite. En effet, les responsables se contentent généralement d’utiliser des techniques classiques comme les badges, tableaux des scores ou évaluations. Et de souvent tomber dans l’écueil de la pointification, où la seule motivation des joueurs pour participer à l’expérience gamifiée est de marquer le plus de points pour rester en haut du classement, et non l’envie de vivre une expérience exaltante. N’allons pas jusqu’à dire que ces techniques dont l’efficacité n’est plus à prouver ne sont pas utiles, mais elles sont souvent utilisées comme un refuge pour mieux masquer le manque de préparation du projet de gamification. Dans For The Win, Kevin Werbach et Dan Hunter (les 6D de Design) posent les étapes clés d’un projet de gamification réussi.

 

1. Définissez votre objectif business

La base du projet est de poser clairement vos objectifs. Vous pouvez en poser plusieurs, mais il vous faut les prioriser. Ceux-ci doivent être mesurables pour pouvoir évaluer l’efficacité de votre dispositif gamifié. Idéalement, vous pouvez également récupérer les données d’anciens dispositifs pour comparer les résultats avec votre projet gamifié.

Par exemple, l’objectif premier de LinkedIn en implantant de la gamification dès le lancement de sa plateforme était de verrouiller au plus vite ses utilisateurs. Linkedin souhaite s’assurer que les utilisateur ne quittent pas la plateforme et choisissent un concurrent. À titre d’illustration : avec sa barre de progression, Linkedin gamifie le processus de création d’un profil sur sa plateforme. Pour inciter l’utilisateur à remplir son profil et autres sections, il change de statut au fur et à mesure qu’il avance dans le remplissage, jusqu’à devenir “Expert”.

Plus vos objectifs sont clairs et partagés par l’équipe, plus les priorités dans vos choix de game design vous sembleront évidentes.

Exemples d’objectifs dans différents domaines : 

  • Marketing digital : augmenter l’activité sur mon site de 30%
  • Ressources humaines : diviser mon coût de turnover RH
  • Expérience client : mettre en place un programme de fidélité pour augmenter la fréquence d’achat des clients de 10% sur l’année
  • Ressources humaines et sensibilisation en entreprise : réduire de 25% les accidents au travail dus à l’utilisation des portables dans les escaliers
  • Ressources humaines et formation : augmenter la rétention d’information de 20% sur 1 an sur la formation marketing digital

 

2. Déterminez les comportements liés à vos objectifs 

Pour chaque objectif mesurable, déterminez les comportements attendus pour atteindre ces objectifs. Soyez les plus exhaustifs possibles pour traduire en comportements vos objectifs. Si on reprend l’exemple de LinkedIn, les comportements attendus étaient de remplir le maximum de données personnelles, de décrire son parcours et d’ajouter ses premiers contacts. 

Exemples de comportements :

  • Augmenter l’activité sur mon site de 30% => Cliquer sur plusieurs pages dans mon site / Découvrir du contenu sur une page en particulier / Cliquer sur un bouton particulier
  • Réduire mes coûts de turnover RH => Les salariés restent plus longtemps dans l’entreprise
  • Augmenter mon taux de rétention clients => Mes clients restent fidèles à ma marque
  • Augmenter la rétention de mes messages de sensibilisation sécurité de 20% => Les salariés ne se garent plus en marche avant dans le parking / les salariés tiennent plus la rampe dans l’escalier / les salariés portent plus régulièrement leurs équipements de protection
  • Augmenter l’engagement de ma communauté sur mes formations => Les salariés participent plus souvent à des formations / Les salariés sont plus investis pendant les formations / Les salariés recommandent ma formation

 

3. Dessinez les portraits-robots de vos utilisateurs

Cette étape est clé ! Pas de processus gamifié sans une bonne analyse de vos joueurs. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs pratiques ? Leurs envies ? Leurs freins ? Pour avancer dans votre analyse des joueurs, tentez de dresser des grands archétypes, souvent appelés personae où vous pouvez personnifier. N’hésitez pas à lui donner un prénom, un âge et à imaginer un caractère à votre personae. Plus vous le ou la définissez, mieux vous pourrez trouver les éléments de gamification adaptés à son profil.

Les questions à se poser pour dresser les personae : 

  • Quel est son rôle ?
  • Quel est son parcours ?
  • Quels sont les mots clés qu’il ou elle utilise ?
  • Quels sont ses problèmes ?
  • Pourquoi interagissent-ils avec votre dispositif ?

Vous pouvez même utiliser les cartes d’empathie pour tenter de vous mettre dans la peau de vos utilisateurs.

4. Désignez vos cycles de progression dans le jeu

Vous connaissez maintenant vos utilisateurs et vous allez construire des parcours de progression au sein de votre système gamifié. Pour cela, appuyez vous sur un parcours du joueur clairement défini prenant en compte les différents profils de vos joueurs.

Pour cela, définissez les cycles d’activités que vous proposez à vos joueurs. Pensez bien à les accompagner dans leur progression dans le système gamifié jusqu’à la maîtrise.

Kevin Werbach et Dan Hunter identifient deux types de cycles de progression

  • Les boucles d’engagement illustrent au niveau micro la motivation de votre joueur pour effectuer une action. La conséquence d’une action de votre joueur dans le jeu et le feedback qu’il reçoit
  • La progression en escalier du jeu qui définit le parcours long terme du joueur. Des challenges difficiles (« Climbing phase ») et des périodes de repos (« Rest phase ») s’alterneront 

5. Ne pas délaisser le fun !

Pris par le sérieux de votre sujet, par les contraintes ou la frilosité de votre organisation, le risque est de se détourner de ce qui fait l’essence d’un jeu : le FUN !

Tout au long de votre design, posez-vous la question : est-ce que j’ai envie de jouer à ce jeu ?

Si la réponse est non, vous êtes passé à côté de quelque chose dans votre projet de gamification. Pour vous aider à définir le fun de votre jeu, appuyez vous sur les 4 clés du fun définies par Lazzaro :

  • Hard fun. Créer le fun par la difficulté du challenge qui nécessite une stratégie pour franchir l’obstacle (ex : jeu de plateforme)
  • Easy fun. Donner une récompense rapide au cerveau du joueur avec une activité nouvelle et surprenante (ex : petits jeux mobiles)
  • People fun. Créer du fun par les interactions entre joueurs – communication, coopération, compétition (ex : jeu coopératifs / campagnes de crowdfunding)
  • Serious fun. Proposer une expérience qui a du sens pour les joueurs (exemple : formation, jeu avec un sens)

6. Déployer les outils adaptés pour votre projet de gamification

Une fois toutes ces étapes passées, vous pourrez venir piocher dans votre boîte à outil de Game Designer. Vous pourrez définir : 

  • Les dynamiques de votre jeu : contrainte, émotion, narration, progression, interaction…
  • Les mécaniques de jeu : challenges, chance, coopération, collecte de ressource, tours de jeu…
  • Les éléments : points, badges, classement, combat, déblocage de contenu, niveaux, quêtes…

Toutes ces éléments ont fait leurs preuves mais doivent être utilisés et sélectionnés uniquement après avoir validé les 5 première étapes de votre projet de gamification.

– 

Après avoir réalisé ces 6 étapes de votre projet de gamification, ils ne vous restent plus qu’à assembler une équipe pluridisciplinaire pour vous assurer de meilleures chances de succès. Pour cela, il est nécessaire de sélectionner des participants avec les profils ci-dessous : 

  • Des personnes avec une sensibilité business pour comprendre les enjeux et le contexte dans lequel se situe votre dispositif gamifié
  • Des game designers pour apporter une couche théorique et pratique et vous assurer que les mécaniques utilisées soient les bonnes
  • Des développeurs pour donner vie à vos idées
  • Des analystes pour traiter et comprendre la façon dont les joueurs interagissent avec votre jeu

Pour les projets de gamification, Collock combine plusieurs expertises :
Game Design, Sensibilité Business, etc. au sein même de son équipe.
Nous capitalisons sur nos collaborateurs qui apportent tous
des connaissances et compétences dans des domaines complémentaires.