Paris +33 (0)1 76 50 33 66 | Lyon +33 (0)4 69 96 69 09 | Lille +33 (0)3 62 02 08 02 | Bordeaux +33 (0)5 31 60 61 70 | contact@collock.com

 

Nous traversons actuellement une crise de la motivation et de l’engagement. Selon l’étude “State of the Global Workplace” de l’organisation Gallup de 2017, seuls 10% des employés seraient engagés dans leur travail. Dans des secteurs ultra-compétitifs, dans des entreprises budgétairement limitées, le nouveau Graal est la motivation – de l’employé, du consommateur, du client.

Découvrez les 8 leviers de motivation qui ont été définis par Yu-Kai Chou et peuvent être mis en place dans votre entreprise.

Quand gamification rime avec motivation

Depuis quelques années maintenant nous entendons parler de gamification. Mais pourquoi ? Qu’est-ce que c’est exactement ?

La gamification est l’utilisation de mécaniques de jeu à des fins autres que le divertissement. Cette technique est apparue lorsqu’on a cherché un remède au manque de motivation. Nous avons tendance à imaginer un « gamer » comme un jeune adolescent cloîtré dans sa chambre sans occupation autre que de rester devant son écran. En réalité, près d’un tiers de la population mondiale peut être considéré comme un gamer. 68% des gamers ont plus de 18 ans. L’âge moyen du gamer est 35 ans. Près de la moitié des gamers sont des femmes. Enfin, on constate qu’il y a plus de femmes « gameuses » adultes que de garçons gamers de moins de 18 ans.

Ainsi on réalise rapidement qu’en réalité une énorme partie de nos employés et potentiels clients sont eux-mêmes gamers. Cela rejoint l’idée selon laquelle « Tout le monde sait jouer ». Et c’est vrai : tout le monde a la capacité d’apprécier un jeu ou un team building. Le jeu nous motive. C’est pour cela que la gamification prend de plus en plus d’ampleur jusqu’à s’intégrer à notre quotidien. Applications de sport gamifiées, jeux concours… Il semble que la gamification soit la solution au problème de motivation !

Pourtant quand on regarde de plus près, tous les jeux ne nous motivent pas. Certains jeux nous semblent très bons et nous plaisent, alors que d’autres nous semblent moins bons. Ajouter un système de points n’est pas suffisant pour nous motiver à travailler.

En réalité, un bon jeu ne nous motive pas juste parce que c’est un jeu. Gamifier pour gamifier ne sera pas suffisant pour motiver les salariés au travail ou sera pris pour de la manipulation. Pour être efficace, pour rendre intéressant quelque chose d’ennuyeux, il faut exploiter un ou plusieurs de nos leviers de motivation.

 

Les 8 leviers de motivation de Yu-Kai Chou

Yu-Kai Chou, entrepreneur pionnier de la gamification, a identifié 8 leviers de motivation pour l’Homme. Ensemble, ils forment un modèle baptisé « Octalysis » par Chou. 

1. Sens épique et vocation

Ce levier s’apparente à la quête de sens, à la conviction de s’engager pour quelque chose de « plus grand » que soi. 

Dans un jeu, le sens épique et la vocation sont souvent présents en début d’histoire, dans la présentation de la « storyline » : vous êtes le héros du jeu, voici votre mission : sauver le monde par exemple – rien que ça. 

Dans notre quotidien, c’est le levier qui est stimulé, par exemple, lorsqu’une entreprise renverse un pourcentage de ses bénéfices à une action caritative. On est alors encouragé à acheter ou à participer parce qu’on y trouve du sens, pour faire une bonne action.

On retrouve également ce levier dans la communication de certaines marques et distributeurs. E.Leclerc notamment, à travers ses publicités et campagnes de communication, favorise la consommation locale et durable. 

 

2. Développement et accomplissement

Ce levier correspond à une forme d’ambition. Il s’agit de l’envie de progresser, de gravir les niveaux et de gagner en compétences. Dans un jeu, on est motivés par les obstacles à franchir. Les individus sensibles à ce levier peuvent être particulièrement motivés par des systèmes de badges, de grades ou de niveaux. Par exemple, LinkedIn exploite ce levier dans le cadre de sa barre de progression. Pour devenir « Expert », l’utilisateur est invité à remplir son profil et ses différentes sections pour obtenir le badge « Expert ». En ajoutant cette barre de progression, Linkedin a réussi à gamifier le processus de création d’un profil et l’envie pour d’accomplir cette mission. 

Le développement et l’accomplissement constituent un levier de motivation fort pour ceux qui sont en recherche de performance. Les applications sportives ou les bracelets qui permettent de suivre sa progression en sont de parfaits exemples puisqu’ils poussent les utilisateurs à suivre leur activité physique pour atteindre de nouveaux niveaux et dépasser les objectifs qu’ils s’étaient fixés.

3. Renforcement de la créativité et du feedback

L’Homme aime solliciter sa créativité, avoir le choix et de la liberté. Surtout en ayant un retour quasi-immédiat sur ce qu’il fait. Le jeu Minecraft, par exemple, puise allègrement dans ce levier en mêlant construction et stratégie. Cette motivation fonctionne sur le long terme, en évitant la lassitude et en donnant du contrôle et de la responsabilité à la personne. 

Au quotidien, nous donnons de l’importance au feedback, que ce soit celui d’un parent, d’un ami, d’un client ou d’un manager. Dans le cadre de l’entreprise, le feedback est important dans la motivation d’un salarié. Il augmente la motivation du collaborateur qui se sent ainsi valoriser. 

4. Propriété et possession

Le sentiment de possession peut devenir une véritable motivation. C’est sur ce levier que s’appuie entre autres le jeu Pokémon Go, en incitant les joueurs à « tous les attraper ». De manière générale, tous les collectionneurs sont motivés par ce sentiment de possession (collections de timbres…). Ces possessions ne sont pas forcément utiles, elles ne sont même souvent pas utilisées par leur propriétaire. Le simple fait de savoir qu’on les possède est suffisant pour être satisfait. 

5. Influence sociale et connexion

Ce levier s’appuie sur la nature sociale de l’Homme et sa peur de « ne pas suivre la foule ». En effet, il s’agit là d’un des leviers de motivation les plus puissants chez les êtres sociaux que nous sommes. 

En témoigne le cas d’un fournisseur d’énergie qui souhaitait inciter ses clients à changer d’abonnement. Pour cela il avait défini 3 raisons : changer d’abonnement pour économiser de l’argent, changer d’abonnement pour limiter l’impact énergétique sur l’environnement, ou bien changer d’abonnement parce que les voisins ont tous changé de formule. Ils ont testé chaque raison sur des groupes de clients différents et le plus efficace était de loin le 3ème, qui s’appuie sur le levier de l’influence sociale. C’est celui qui a motivé le plus de clients à changer d’abonnement. 

Ainsi, Amazon réalise près des deux tiers de ses ventes à partir de la section des recommandations « Les personnes ayant acheté ce produit ont également acheté… ». C’est aussi cela qui nous pousse à nous tourner vers les avis de consommateurs et à faire plus confiance à des « personnes comme nous » qu’à des critiques d’experts. 

Ce levier explique d’ailleurs l’attrait pour les réseaux sociaux et l’envie d’atteindre un statut social élevé et d’avoir une influence motive les plus actifs à acquérir toujours plus de contacts et générer toujours plus de « likes » et partages.

6. Rareté et impatience

Dans les théories de la valeur d’Adam Smith et de David Ricardo, plus un objet est rare, plus sa valeur est élevée. Ainsi, la valeur d’un produit n’est pas fonction de son utilité mais en fonction de sa rareté. Les éditions limitées de produits ont une valeur particulière. Pour ce levier, la valeur réelle comptera moins que la valeur perçue par la personne qui possède le produit. L’industrie du luxe puise en partie sur ce levier : la production du bien est limitée,augmentant ainsi sa valeur du bien. 

Le levier de rareté va souvent de pair avec celui de l’impatience. Les effets de l’impatience se constatent, par exemple, à travers le succès des ventes privées, en amont des soldes légales, ou les clients profitent 72 ou 48 heures avant d’offres promotionnelles. Le « teasing », les bandes annonces de film, s’appuient également sur ce levier pour encourager à aller au cinéma dès la sortie. De nombreux jeux « freemium » proposent de payer pour débloquer des vies ou des fonctionnalités autrement limitées, plutôt que d’attendre le délai imposé pour les obtenir. 

7. Imprévisibilité et curiosité

L’attraction des jeux de hasard n’est plus à démontrer. Bien sûr sans récompense à la clé on ne serait pas aussi motivé, mais le succès des casinos et autres systèmes de paris repose presqu’entièrement sur ce levier. Le fait de ne pas savoir si et quand on va gagner, ni ce que l’on va gagner, a quelque chose d’addictif, à un degré plus ou moins prononcé selon les individus.

La curiosité est une source de motivation importante que l’on retrouve dans beaucoup de jeux. Parmi les composantes classiques des jeux, on retrouve les surprises qui animent les joueurs dans au long de la partie ou sessions. 

8. Évitement et peur de perdre

Ce levier de motivation est le plus négatif des huit. Il incite à agir pour éviter des conséquences négatives ou la perte de quelque chose. Dans le jeu, on exploite ce levier pour inciter les gens à jouer régulièrement. Ainsi, si on ne se connecte pas sur le jeu Farmville de manière récurrente, sa ferme se détériore et on perd des cultures. 

Au quotidien, on a recours à ce type de motivation avec les bons de réductions limités dans le temps. C’est efficace, mais cela doit être exploité à bon escient pour éviter de créer une impression de trop de promos.

Et la gamification dans tout ça ?

Pourquoi parle-t-on de gamification ? Parce que les leviers de motivation ont été déterminés à partir de l’analyse des mécaniques présentes dans les jeux. 

Pour reprendre un point du début de cet article : « Tout le monde sait jouer ». La grande majorité des gens aiment jouer car les jeux s’appuient énormément sur les différents leviers de motivation. Selon les profils et selon le moment, certains leviers seront plus efficaces que d’autres. 

On observe un parfait exemple de cela dans la gamification des applications de sport. Les individus qui aiment courir et sont motivés par la performance se tourneront vers des applications qui calculent leur progression, leur fait passer différents niveaux. Ceux qui n’aiment pas spécialement courir mais qui veulent faire du sport se tourneront vers des applications comme Zombie Run. En simulant une invasion de zombies, l’application leur fait oublier qu’ils courent en s’appuyant sur le sens épique et la curiosité.

 

Comment gamifier efficacement et augmenter la motivation des collaborateurs ?

Pour gamifier efficacement, il faut donc commencer par identifier les leviers de motivation sur lesquels s’appuyer, puis incorporer des éléments et mécaniques de jeu qui les exploitent. Et surtout pas l’inverse. Le modèle « Octalysis » développé par Yu-Kai Chou va encore plus loin en classifiant ces leviers de motivation selon les profils ou les niveaux des joueurs. La motivation humaine est un sujet complexe et passionnant, d’autant plus qu’il évolue avec le temps. Les 8 leviers de motivation du modèle « Octalysis » offrent un parallèle très intéressant entre le jeu et notre quotidien. 

Yu-Kai Chou considère la vie comme un grand jeu auquel nous jouons tous. Ce jeu exploite nos leviers de motivation à différents moments, mais peut être très ennuyeux parfois ; et notamment au travail. La gamification du monde du travail serait donc cela : nous re-motiver avec des mécaniques de jeu s’appuyant sur nos leviers de motivation.