Paris +33 (0)1 76 50 33 66 | Lyon +33 (0)4 69 96 69 09 | Lille +33 (0)3 62 02 08 02 | Bordeaux +33 (0)5 31 60 61 70 | contact@collock.com

Gamification en Entreprise

Le pouvoir du jeu en entreprise

Plongeons ensemble dans l’univers de la gamification en entreprise. Découvrez les objectifs, les avantages et comment utiliser le jeu dans votre entreprise pour améliorer l’engagement de vos collaborateurs et/ou clients. Misez sur la gamification pour innover et fidéliser votre cible !

Dans cette page, nous allons traiter les sujets suivants :

  1. Définition de la gamification
  2. Objectifs principaux de la ludification
  3. Gamification et son utilisation des jeux en entreprise
  4. Mécanismes de jeu à utiliser
  5. Profils de joueurs
  6. Parcours du joueur

 

Qu’est-ce que la gamification ? Définition de la gamification en entreprise

Aujourd’hui, la gamification (ou ludification en français) est définie comme l’utilisation des mécaniques du jeu à des fins non ludiques. De manière assez simple, la gamification est la mise en place de mécaniques ludiques dans des domaines divers : les ressources humaines, le marketing, la relation client, la santé, l’industrie du voyage…

Le terme gamification a fait son apparition en 2011 au Royaume Uni. Dans le dictionnaire Oxford, elle est définie comme “l’incorporation de mécanismes issus du jeu dans des éléments qui ne sont pas ludiques à la base.”

Cependant, le terme « gamification » n’a pas de définition unique. Ainsi, il convient de s’entendre sur ce qu’on désigne par cette notion. Dans ce guide sur la gamification, nous utilisons le terme gamification au sens large. On y inclut aussi bien l’utilisation du jeu avec un objectif sérieux (“le serious game”) que celle de ses nombreuses mécaniques – toujours dans un objectif principal autre que le divertissement.

 

Quels sont les objectifs principaux de la gamification en entreprise ?

Les objectifs de la gamification sont nombreux mais peuvent se résumer en 2 mots :

Engagement et Expérience Utilisateur.

En effet, quel que soit le domaine dans lequel la gamification est utilisée (qu’il s’agisse de personnaliser la relation d’un individu avec une marque, de créer de l’engouement autour d’un projet ou d’augmenter l’engagement d’un client ou d’un collaborateur à une entreprise), l’utilisateur est impliqué en tant qu’acteur dans l’univers proposé grâce à une expérience dynamique et engageante. Ainsi, le jeu n’est pas une fin en soi : il a pour objectif de pousser l’utilisateur à se sentir impliqué et à adopter des objectifs stratégiques.

Chez Collock, nous avons listé 6 objectifs principaux de la ludification en entreprise : 

    Objectif 1 : (Re)mettre l’humain au centre de l’entreprise

    En choisissant de mettre en place de la gamification, les entreprises optent pour une démarche centrée sur l’expérience utilisateur, et donc l’humain. L’utilisateur est mis au centre du projet de gamification et l’entreprise cherche à lui proposer une expérience plus qualitative. 

    Objectif 2 : Transmettre un message avec un format plus ludique et participatif

    Avec la gamification, il est possible de transmettre la culture et les valeurs de l’entreprise aux salariés et/ou aux clients. Pour les salariés, elle intervient comme un outil de communication interne pour partager les valeurs de l’entreprise et aider les collaborateurs à leur appropriation.

    Objectif 3 : Booster la motivation, la participation et la performance

    Dans la majorité des cas, la gamification a un effet psychologique positif sur la motivation,  et le plaisir. Cet effet a comme répercussion l’augmentation de la motivation et de la participation et impacte positivement la performance.

    Objectif 4 : Fidéliser et renforcer le sentiment d’appartenance

    Une entreprise peut opter pour la gamification afin d’inciter ses collaborateurs ou ses clients à s’engager et s’investir davantage. Ainsi, en proposant des programmes de fidélité à ses clients, l’entreprise peut augmenter la fidélité de ces derniers.

    Objectif 5 : Accompagner le changement

    L’utilisation de la gamification par une entreprise peut permettre d’accompagner ses collaborateurs lors d’un changement. Ainsi, dans le cadre d’une réorganisation ou d’une nouvelle stratégie, les mécanismes du jeu peuvent être utilisés pour présenter des nouveautés, permettre aux collaborateurs de se les approprier via des missions ou des quiz, etc.

    Objectif 6 : Aider l’utilisateur à adopter un nouveau comportement

    La gamification peut aider l’utilisateur à changer ses habitudes sur l’utilisation d’un service ou d’un produit. Par exemple, les bracelets connectés aident l’utilisateur à avoir un mode de vie moins sédentaire et à être plus actif. Ainsi, un bracelet connecté peut aider un individu à atteindre son objectif journalier de pas et ainsi lutter contre la sédentarité.

    🔎La gamification et l’utilisation des jeux en entreprise 

    Tu me dis, j’oublie.
    Tu m’enseignes, je me souviens.
    Tu m’impliques, j’apprends.
    De Benjamin Franklin

    Ces dernières années, la gamification en entreprise s’est petit à petit développée pour se retrouver au cœur des entreprises. L’adoption des méthodes recueillies des jeux dans l’entreprise s’utilise pour différentes pratiques comme pour les besoins RH et business ou dans l’événementiel. Ainsi, les jeux sérieux, ou serious games, sont de plus en plus utilisés en entreprise et sont considérés comme une déclinaison des jeux pour les professionnels. 

    La gamification : un outil d’avenir pour les entreprises

    D’après B.J Fogg, psychologue expérimental à l’Université de Stanford, pour qu’une gamification soit efficace et engendre un changement de comportement sur les collaborateurs, 3 éléments doivent aboutir en même temps :

    Motivation

    Capacité

    Élément déclencheur

    La motivation

    La capacité

    Un élément déclencheur

    Grâce à la gamification en entreprise, les collaborateurs vont être motivés par l’envie de gagner quelque chose et d’accomplir un défi. De plus, la manière dont ils vont avoir à effectuer la tâche attribuée va être volontairement facilitée. Le déclencheur va ainsi permettre à l’utilisateur d’aller au bout de la tâche qu’il aura commencé à accomplir.

    Appliquer la gamification dans l’entreprise offre de nombreux avantages. Les organisations qui décident de mettre en œuvre ces techniques bénéficient des avantages suivants.

    Renforcement de la cohésion d’équipe et du bien être au travail

    Jouer entre collègues crée un temps informel qui permet à chacun de s’évader en dehors de ses tâches quotidiennes. Il est important pour les membres d’une équipe de partager autre chose que leur travail, et le jeu est un bon moyen de partager des moments de convivialité. De plus, le jeu permet également de connaître davantage ses collègues.

    Amélioration de la coopération et du travail d’équipe

    Certains jeux comme les jeux de coopération impliquent le travail en équipe pour gagner. Ce type de jeux permet ainsi d’accroître la collaboration pendant et après les pauses ludiques. Après avoir joué avec leurs collègues, les salariés pourront être plus à l’aise sur le travail d’équipe, la répartition des missions, la communication… Bien plus que les échanges, les jeux de coopération rappellent aux collaborateurs l’importance et le rôle crucial du travail et de l’esprit d’équipe, tout en prenant en compte les compétences de chacun.

    Augmentation de la motivation, de la productivité et de la performance

    Grâce au système de récompenses et de niveaux, qui stimulent la motivation des joueurs, il améliore la productivité de toute une organisation. En mettant en place des techniques ludiques, la motivation et la satisfaction des collaborateurs augmentent, de même que leur performance. La ludification vise également l’efficacité de l’employé, pour effectuer une mission de la meilleure façon possible. Ce n’est pas un secret : plus on est motivé, plus on est productif et performant. 

    Stimulation de la créativité

    La créativité est une soft skill très prisée par les entreprises pour s’assurer de leur développement et pérennité. Le jeu stimule les esprits et compétences créatives des employés. La ludification rend le processus de création d’idées plus innovant. Les employés se sentent davantage impliqués, ce qui donne encore plus de sens à leur travail.

    Favorisation de l’implication individuelle

    Les mécanismes de jeu favorisent l’implication et l’engagement individuel. Dans le cadre d’une formation en entreprise, l’application de techniques gamifiées favorisent la participation, l’implication et l’engagement de chaque apprenant.

    Introduction de nouvelles dynamiques, plus innovantes

    La gamification permet d’introduire le sujet de l’innovation dans l’organisation. La mise en place d’un projet gamifié va permettre d’ancrer une culture de l’innovation mais également d’aider les personnes à penser “outside the box”.

    Développement des soft skills ou compétences comportementales

    Grâce à la gamification, il est possible de se concentrer sur l’amélioration ou le développement des soft skills. Le jeu est utile pour faire croître les compétences comportementales comme le leadership, la gestion du stress, la capacité de communication, l’adaptabilité, les compétences de négociation, etc.

    Augmentation de l’efficacité des formations

    La gamification peut être utilisée pour la formation en entreprise puisqu’elle favorise l’apprentissage. L’apprenant dans un parcours gamifié a tendance à plus s’amuser mais également à mieux retenir les messages transmis grâce au format plus interactif et expérimental.

    Développement d’une culture de feedbacks

    L’utilisation de badges et de récompenses permet de donner un feedback sur une mission réalisée et d’évaluer l’avancement d’un projet. Un employé est alors récompensé pour son travail, sans avoir à attendre une réunion hebdomadaire ou l’entretien annuel. Ce type de gamification met l’accent sur la reconnaissance et active la motivation intrinsèque de l’employé.

    Déploiement d’un esprit plus orienté vers les résultats

    Un vrai challenge des managers est de conserver la motivation de leur équipe sur le long terme. Avec des outils pour challenger les performances en temps réel, les collaborateurs (et pas uniquement les équipes commerciales) pourront s’auto-piloter et rester motivés sur la durée. Dans ce cas, la visualisation des résultats est primordiale et doit être facilement accessible. De plus, en créant des classements, l’entreprise peut entretenir l’esprit de compétition, ce qui incitera les collaborateurs à surperformer.

    Evidemment, la gamification n’est pas la recette miracle pour travailler plus efficacement et mieux se sentir au travail. La gamification doit s’inscrire dans un projet avec des objectifs clairs et un plan d’actions réfléchi en amont. Gamifier pour gamifier n’est pas une solution et ne doit pas être considéré comme l’ultime recours pour ce qui ne fonctionne pas. Au contraire, la gamification doit s’inscrire dans une stratégie cohérente et efficace, basée sur une réflexion sur l’engagement, la motivation et l’efficacité des utilisateurs.

    Les mécanismes de jeu à utiliser dans la gamification

    Il existe une multitude de mécanismes de jeu. Nous vous proposons de découvrir les mécaniques les plus utilisées. 

    > Un système de points pour la gratification.
    Cela permet à l’utilisateur de voir son évolution, et non ses points faibles ce qui est plus valorisant. Les points permettent de mesurer la performance du joueurs.

    > Des récompenses (pour les gagnants) pour la reconnaissance.
    Elles s’obtiennent contre des points gagnés et offrent des avantages ou ouvrent des niveaux supplémentaires. 

    > Des niveaux pour le statut de l’utilisateur.
    Le niveau reflète l’expérience de l’utilisateur. Plus il est élevé, plus de récompenses et avantages sont disponibles. Pour encore plus de motivation, l’utilisateur peut voir les récompenses suivantes et les actions à suivre pour accéder au niveau/statut suivant.

    > Des challenges, individuels ou collectifs, pour la réalisation.
    Ils sont souvent sous la forme de compétitions amicales et doivent donner envie aux joueurs de récolter le plus de points possibles

    > Des badges pour la créativité.
    Cela permet d’indiquer le fait qu’un niveau supérieur a été atteint, ce qui renforce le sentiment d’appartenance au jeu et la motivation à poursuivre.

    > Des classements et barres de progression pour la compétition.
    Le fait de visualiser rapidement la progression permet à l’utilisateur de se situer dans le jeu.

    > Un système de feedback (ou boucle de rétroaction)
    pour avoir une visibilité en temps réel de sa progression. Cela permet de donner une suite et reconnaître les actions effectuées par l’utilisateur.

    > Une dimension sociale pour l’altruisme.
    Appartenir à une communauté permet de fédérer des utilisateurs et de les fidéliser sur le long terme.

    > Un avatar pour la personnalisation.
    En créant un avatar au début d’un jeu, l’utilisateur crée un personnage qu’il incarnera tout au long de la partie.

    Comment faire cohabiter les différents types de joueurs dans un jeu en entreprise ?

    Le jeu en entreprise permet de révéler les talents et les idées. Il sort les collaborateurs de leur quotidien et leur propose des challenges ludiques plus propices à créer de la valeur que le cadre plus rigide de l’entreprise classique. Pour permettre de libérer ces énergies, le manager doit être conscient qu’il a à faire à une grande diversité de profils qui n’ont pas les mêmes besoins et attentes. 

    Les différents profils de collaborateurs / joueurs

    En entreprise comme dans un jeu, les motivations sont multiples et diffèrent selon les interlocuteurs. Richard Bartle, un chercheur britannique, s’est fait connaître pour ses travaux sur les jeux multijoueurs de donjons (“Hearts, Clubs, Diamonds, Spades: Players Who suit MUDs”, Richard Bartle (1996)). Par une série d’entretiens avec des joueurs de ce type de jeux, il a cherché à analyser les motivations de ces derniers. Il en a tiré une typologie qui fait foi encore aujourd’hui dans la conception de jeu. Il classe les joueurs de ce type de jeux en 4 catégories. 

    Le socializer,

    qui va rechercher un accomplissement dans l’expérience collective qu’il va vivre dans le jeu via des rencontres et des interactions

    Le killer,

    à la recherche de la domination des autres joueurs dans un esprit aiguisé de compétition

    L'achiever,

    qui cherche à comprendre le jeu et accomplir tous les défis qui lui sont proposés

    L'explorer

    qui souhaite défricher l’univers dans lequel il évolue avec une soif de découverte et de compréhension

    Le socializer,

    qui va rechercher un accomplissement dans l’expérience collective qu’il va vivre dans le jeu via des rencontres et des interactions

    L’achiever,

    qui cherche à comprendre le jeu et accomplir tous les défis qui lui sont proposés

    Le killer,

    à la recherche de la domination des autres joueurs dans un esprit aiguisé de compétition

    L’explorer

     qui souhaite défricher l’univers dans lequel il évolue avec une soif de découverte et de compréhension

    Le manager, un personnage clé face à cette diversité

    L’entreprise est riche de sa diversité et de ses profils avec leurs incompatibilités et leurs complémentarités. Le rôle du manager devient de plus en plus central pour permettre à ses équipes d’être performantes en utilisant cette diversité à bon escient. A ce titre, le jeu en entreprise peut être un catalyseur pour apprendre aux différentes personnalités à réfléchir et à communiquer ensemble. Le manager peut par exemple intégrer le jeu dans ses processus pour renforcer l’adhésion de ses collaborateurs, améliorer la cohésion d’équipe… pour finalement tendre vers l’efficience.

    Le parcours du joueur

    Le parcours du joueur est un élément crucial pour le succès d’un jeu, et surtout comment chaque jeu permet d’embarquer le joueur selon une mécanique bien huilée. C’est le principe du parcours du joueur. Plusieurs théories existent pour présenter ce parcours dont celle de Kevin Werbach (For the Win) qui décompose le jeu en plusieurs moments forts :

    Cette seconde phase du parcours du joueur est une phase classique que l’on retrouve dans n’importe quel jeu (jeu de plateau, jeu vidéo, jeu grandeur nature). Elle consiste à expliquer l’univers et les règles du jeu. Cette phase peut être fastidieuse et les game designers tentent de la rendre plus fluide, en faisant appel à : 

    – Un tutoriel de démonstration
    – Un niveau de jeu guidé pour expliquer les fondamentaux du jeu
    – Des règles du jeu illustrées

    Cette phase peut être atteinte plus ou moins rapidement selon les volontés du Game Designer. Un petit jeu de table (ex : Jungle Speed, Timeline, etc..) se maîtrise en deux parties car il est basé sur des mécaniques simples et fédératrices. Certains jeux repoussent les limites de cette phase en proposant un gameplay en constante évolution qui ravira les profils de type Explorers ou de nouvelles récompenses pour les Achievers.

    1

    Identification

    2

    Onboarding

    3

    échafaudage

    4

    Maîtrise

    5

    Addiction ou fin

    Cette première phase est essentielle et intervient dans les premiers instants du jeu. Le but est d’engager son joueur le plus rapidement possible. Pour cela, il faut faire appel à un référentiel connu ou proposer une action fondatrice qui va projeter le participant dans l’état d’esprit souhaité. L’objectif peut être multiple :

    Fédérer les joueurs autour d’une équipe : Trouver un nom d’équipe, un signe reconnaissable, un cri de guerre,…
    Faire comprendre au joueur l’univers dans lequel il évolue : Proposer une cinématique d’introduction d’un jeu vidéo
    Marquer le passage dans l’univers du jeu : Remettre un élément de costume, changer de décor, etc.

    Dans le parcours du joueur, la phase d’échafaudage est le moment où le joueur va confronter ce qu’il a retenu dans l’onboarding avec la réalité. Très concrètement, c’est une phase d’expérimentation plus ou moins longue où le joueur va gagner en maîtrise sur le jeu en testant différentes tactiques et stratégies. Cette phase peut être longue si le gameplay est complexe comme pour un jeu de plateau où les mécaniques de jeu sont multiples. Elle peut également être accompagnée par le game designer en proposant au joueurs des niveaux de difficultés. L’objectif est de matérialiser une progression constante du joueur, lui donnant l’impression de maîtriser toujours plus le jeu.

    Une fois parvenu à la maîtrise, 2 comportements sont généralement observés. Si le jeu offre aux joueurs les motivations qu’il attend, et qu’elles continuent de le satisfaire, il tombera dans l’addiction. Si au contraire, la mécanique devient trop répétitive ou monotone, le joueur s’en lassera. Tout l’enjeu est donc de maintenir le flow de jeu pour entretenir l’intérêt du joueur en prenant en compte tous les profils de joueurs.

    1

    Identification

    Cette première phase est essentielle et intervient dans les premiers instants du jeu. Le but pour le Game Designer est d’engager son joueur le plus rapidement possible. Pour cela, il peut faire appel à un référentiel connu ou proposer une action fondatrice qui va projeter le participant dans l’état d’esprit souhaité. L’objectif peut être multiple :

    Fédérer les joueurs autour d’une équipe : Trouver un nom d’équipe, un signe reconnaissable,…
    Faire comprendre au joueur l’univers dans lequel il évolue : Proposer une cinématique d’introduction d’un jeu vidéo
    Marquer le passage dans l’univers du jeu : Remettre un élément de costume, changer de décor, etc.

    2

    Onboarding

    Cette seconde phase du parcours du joueur est une phase classique que l’on retrouve dans n’importe quel jeu (jeu de plateau, jeu vidéo, jeu grandeur nature). Elle consiste à expliquer l’univers et les règles du jeu. Cette phase peut être fastidieuse et les game designers tentent de la rendre plus fluide, en faisant appel à : un tutoriel de démonstration, un niveau de jeu guidé pour expliquer les fondamentaux du jeu, des règles du jeu illustrées, etc.

    3

    ECHAFAUDAGE

    Dans le parcours du joueur, la phase d’échafaudage est le moment où le joueur va confronter ce qu’il a retenu dans l’onboarding avec la réalité. Très concrètement, c’est une phase d’expérimentation plus ou moins longue où le joueur va gagner en maîtrise sur le jeu en testant différentes tactiques et stratégies. Cette phase peut être longue si le gameplay est complexe comme pour un jeu de plateau où les mécaniques de jeu sont multiples. Elle peut également être accompagnée par le game designer en proposant au joueurs des niveaux de difficultés. L’objectif est de matérialiser une progression constante du joueur, lui donnant l’impression de maîtriser toujours plus le jeu.

    4

    Maitrise

    Cette phase peut être atteinte plus ou moins rapidement selon les volontés du Game Designer. Un petit jeu de table (ex : Jungle Speed, Timeline, etc..) se maîtrise en deux parties car il est basé sur des mécaniques simples et fédératrices. Certains jeux repoussent les limites de cette phase en proposant un gameplay en constante évolution qui ravira les profils de type Explorers ou de nouvelles récompenses pour les Achievers.

    5

    Addiction ou fin

    Une fois parvenu à la maîtrise, deux comportements sont généralement observés. Si le jeu offre aux joueurs les motivations qu’il attend, et qu’elles continuent de le satisfaire, il tombera dans l’addiction. Si au contraire, la mécanique devient trop répétitive ou monotone, le joueur s’en lassera. Tout l’enjeu du Game Designer est donc de maintenir le flow de jeu pour entretenir l’intérêt du joueur en prenant en compte tous les profils de joueurs.

    Notre contenu vous intéresse ?

    Recevez notre Newsletter deux fois par mois avec nos articles, actualités et infographies !

    0