Paris +33 (0)1 76 50 33 66 | Lyon +33 (0)4 69 96 69 09 | Lille +33 (0)3 62 02 08 02 | Bordeaux +33 (0)5 31 60 61 70 | contact@collock.com

On vous a déjà parlé du concept “le serious game” ? Vous voulez en savoir plus ? Cet article répondra à vos questions!

On pourrait parler de paradoxe, mais utiliser des jeux dans le domaine du travail est une méthode de plus en plus répandue. L’objectif réel d’un serious game n’est donc pas de s’amuser mais bien d’arriver à un but concret dans le cadre de l’entreprise.

 

Pourquoi utiliser la méthode des serious games ?

Il a été prouvé que lorsque l’on joue, notre cerveau fonctionne autant que lorsque l’on travaille. De plus, le jeu nous divertit et nous libère l’esprit, ce qui permet alors le jaillissement d’idées innovantes.

« Aujourd’hui, les jeux sont des moyens de révéler des choses qu’on ne réussit pas encore à dévoiler autrement.

Le but de cette logique est de déceler des leviers. »

Serge Darrieumerlou, directeur général de l’innovation de l’entreprise Somfy 

3 types pour le serious game

Cubification : Méthode utilisée en séminaires d’innovations et développée par Hélène Michel, professeur à Grenoble Ecole de Management. Le but est de personnaliser un cube en inscrivant sur chaque face un levier d’innovation dans notre entreprise, afin de manipuler par la suite ce cube et de créer de multiples combinaisons de business models.

Tech it ! : Jeu développé par des experts de Grenoble École de Management et dont l’objectif est de détendre l’esprit d’innovation des joueurs.  Ces derniers se mettent dans la peau d’un personnage confronté à un problème du quotidien. Le but est d’utiliser une des 75 technologies proposées par le jeu pour résoudre le problème posé.

Foldit : Jeu vidéo conçu par trois biologistes de l’université de Washington. Le but sur cette plateforme ? Plier des protéines afin d’acquérir le plus de points possibles. Grâce à Foldit, des gamers sont parvenus à résoudre une énigme sur le VIH en moins de deux semaines.